Education et formation professionnelle

Dans de nombreux pays du monde, les filles et les femmes ne peuvent ni finir leur scolarité ni bénéficier d’une formation professionnelle. Même si, au départ, le taux de scolarisation est sensiblement le même pour les filles comme pour les garçons, le nombre de «décrocheuses» augmente au fur et à mesure que les années passent.

L’éducation, une clé

Bien souvent, les femmes ne trouvent pas d’emplois rémunérés ; elles se trouvent ainsi financièrement à la merci de leurs maris ou de parents masculins. L’éducation, la formation professionnelle sont donc des clés pour améliorer le statut social des femmes et des filles. Elles sont les préalables nécessaires pour pouvoir exercer une influence et défendre fermement leurs intérêts.

Pourquoi les filles ne vont pas (ou plus) à l’école

Nombreuses sont les raisons qui font que les filles ne vont pas (ou plus) à l’école. Elles doivent aider à la maison plus souvent que leurs frères. Le harcèlement sexuel et la violence dont elles font fréquemment l’objet sur le chemin de l’école expliquent pourquoi les parents retirent leurs filles de l’école. Par ailleurs, les grossesses d’adolescentes et l’obligation de se marier jeune conduisent souvent les filles à ne pas finir leur scolarité.

Modèles féminins recherchés

Le manque de modèles féminins constitue un autre aspect du problème même s’il reste toujours largement négligé. Ces modèles de référence peuvent être des enseignantes ou d’autres femmes qui, grâce à leur éducation ou à leurs compétences professionnelles, jouent un rôle dans la conduite des affaires politiques, économiques et sociales.

Investir dans l’éducation

Investir dans l’éducation des filles permet de lutter contre les discriminations à l’égard des femmes et des filles. Il y a un lien démontré entre l’élévation du niveau d’éducation et une diminution de la natalité et de la mortalité maternelle, entre une scolarisation plus longue des enfants (filles et garçons) et une baisse des taux de pauvreté.

Le but des projets de la JMPF, c’est de proposer davantage de formations qualifiantes aux femmes et aux filles. Celles-ci se déroulent, d’une part, dans le secteur « formel », par exemple dans des écoles et des centres de formation professionnelle ; et, d’autre part, dans le secteur « informel », c’est-à-dire là où elles acquièrent des qualifications professionnelles non sanctionnées par un diplôme officiel.

Les projets soutenus conjointement par la JMPF et ses organisations partenaires travaillent dans les domaines suivants (en allemande):

  • Alphabétisation mais aussi appui à la scolarisation des filles et à la fréquentation par elles d’écoles secondaires / supérieures.
  • Initiatives cherchant à prévenir les décrochages scolaires et les abandons de formation et/ou qui aident les jeunes mères à poursuivre leur cycle scolaire / de formation.
  • Formation informelle, c’est-à-dire l’acquisition de qualifications professionnelles, s’il n’est pas possible d’obtenir un diplôme reconnu.
  • Formation et perfectionnement professionnels (par exemple formation informatique, connaissances de gestion, etc.)
  • Développement personnel et développement de compétences en leadership (« leadership skills »)
  • Création de réseaux et entraide entre femmes qualifiées (mentorat)

Exemples de projets de la Journée Mondiale de Prière sur le thème «éducation et formation professionnelle» (en allemand):